10/10/10

Marie-Agnès Gillot

Marie-Agnès Gillot intègre le corps de ballet de l’Opéra de Paris en 1989 avec une dispense d’âge, n’ayant que 14 ans. Promue sujet en 1994, elle interprète de très beaux rôles dans des oeuvres de Carlson, Noureiev, Nijinski ou Belarbi et reçoit le prix de l’AROP en 98 avant de devenir première danseuse en 1999. En 2004, elle est nommée Etoile à la suite de la représentation de « Signes » de Carolyn Carlson et devient la première danseuse à être nommée à l’issue d’une œuvre contemporaine. Depuis, elle a mis sa technique virtuose au service de tous les plus grands rôles des ballets donnés à l’Opéra de Paris, tant dans le répertoire classique que dans le répertoire contemporain (Pina Baush, Mat Ek, William Forsythe, Wayne Mc Gregor, Angelin Preljocaj, Édouard Lock, Jérôme Robbins, Georges Balanchine, etc…). En parallèle, Marie-Agnès se lance dans le travail chorégraphique en 2007 avec une pièce mélangeant danseurs classiques et danseurs de hip-hop et continue à créer depuis. « Sous Apparence », sa création pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 2012 est acclamée par la critique. Marie-Agnès collabore à de nombreux projets artistiques. En 2014 elle s’est produit en juin à la Maison de la Poésie dans une « lecture dansée » avec Eric Reinhardt et en juillet au Festival d’Avignon dans un duo d’artistes avec Lola Lafon. De 2015 à 2017, elle collabore avec le Manchester International Festival pour une tournée mondiale du Park Avenue Armory à New York à l’Opéra de Paris. En mars dernier Marie-Agnès Gillot fait ses adieux à la scène au Palais Garnier sur un ballet de Pina Bausch « Orphée et Eurydice ». Elle exerce ce goût pour l’éclectisme dans le domaine de la chorégraphie et n’hésite jamais à franchir les frontières des genres. De clips en films, d’oeuvres conceptuelles pour le Palais de Tokyo rien ne semble arrêter son art du grand écart et plus encore aujourd’hui. Elle joue actuellement dans « Peau d’âne » féerie musicale au Théâtre Marigny dans le rôle de la reine du royaume Rouge, 100 représentations jusqu’en février 2019. On la retrouvera fin Janvier dans le prochain film de Pascal Thomas « À cause des filles » au côté de Pierre Richard et Rossy de Palma.

 

  Marie-Agnès Gillot joined the Paris Opera Corps de Ballet in 1989 at only 14 and half years old. Promoted “Sujet” in 1994, she interpreted important roles in masterpieces created by the greatest choreographers such as Caroline Carlson’s, Nureyev, Nijinsky or Belarbi and was awarded with the AROP in 1998. In 2004, Marie-Agnes was named Principal Dancer as a result of her performance in « Signs » by Carolyn Carlson and became the first dancer to be named after dancing in a contemporary ballet. Marie-Agnes continues to interpret the greatest ballet roles danced at the Opéra de Paris, both in the classical and the contemporary repertoire. In parallel, Marie-Agnes embarks choreographic work in 2007 with a piece mixing ballet dancers and hip-hop dancers, and has been creating ever since. The critics acclaimed her creation « Sous-Apparence » presented at the Opéra de Paris Ballet in 2012. Marie-Agnès collaborated in numerous artistic projects such as performing on stage at the Theatre du Rond-Point in  » Après la Bataille » by Pippo Delbono. Marie-Agnès Gillot received the Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres medal as well as l’Ordre du Mérite medal. After having a baby in 2014, Marie-Agnes made her comeback at the Opéra Garnier in Orphée and Euridice by Pina Bausch. « Today Marie-Agnès Gillot is at the height of her form. Like a fighter in the ring, she conquered scoliosis and climbed up the hierarchical ladder of success at the POB. Powerfully athletic and spiritually enraptured, she is a resolutely 21st-century dancer. Under the stage lights, she projects a glow that is simply majestic, nearly angelic. » – Dance magazine. Marie-Agnès is currently playing the red queen in « Peau d »Âne » at Théâtre Marigny until february 2019.