10/10/10

Marie-Agnès Gillot

Marie-Agnès Gillot intègre le corps de ballet de l’Opéra de Paris en 1989 avec une dispense d’âge, n’ayant que 14 ans. Promue sujet en 1994, elle interprète de très beaux rôles dans des oeuvres de Carlson, Noureiev, Nijinski ou Belarbi et reçoit le prix de l’AROP en 98 avant de devenir première danseuse en 1999. En 2004, elle est nommée Etoile à la suite de la représentation de « Signes » de Carolyn Carlson et devient la première danseuse à être nommée à l’issue d’une œuvre contemporaine. Depuis, elle a mis sa technique virtuose au service de tous les plus grands rôles des ballets donnés à l’Opéra de Paris, tant dans le répertoire classique que dans le répertoire contemporain (Pina Baush, Mat Ek, William Forsythe, Wayne Mc Gregor, Angelin Preljocaj, Édouard Lock, Jérôme Robbins, Georges Balanchine, etc…). 

En parallèle, Marie-Agnès se lance dans le travail chorégraphique en 2007 avec une pièce mélangeant danseurs classiques et danseurs de hip-hop et continue à créer depuis. « Sous Apparence », sa création pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 2012 est acclamée par la critique. Marie-Agnès collabore à de nombreux projets artistiques. En 2014 elle s’est produit en juin à la Maison de la Poésie dans une « lecture dansée » avec Eric Reinhardt et en juillet au Festival d’Avignon dans un duo d’artistes avec Lola Lafon. De 2015 à 2017, elle collabore avec le Manchester International Festival pour une tournée mondiale du Park Avenue Armory à New York à l’Opéra de Paris. 

En mars dernier Marie-Agnès Gillot fait ses adieux à la scène au Palais Garnier sur un ballet de Pina Bausch « Orphée et Eurydice ». Elle exerce ce goût pour l’éclectisme dans le domaine de la chorégraphie et n’hésite jamais à franchir les frontières des genres. De clips en films, d’oeuvres conceptuelles pour le Palais de Tokyo rien ne semble arrêter son art du grand écart et plus encore aujourd’hui. Comme dans la féerie musicale du Théâtre Marigny « Peau d’âne », ou elle interprétait la reine Rouge dans une centaine de représentation. 2019 marque ses débuts au cinéma dans le film de Pascal Thomas « À cause des filles » au côté de Pierre Richard et Rossy de Palma.